︎

       


Happening Arles



DIÈSE TRENTE-ET-UN DIÈSE

Les Rencontres de la photographie - Arles

http://vostdiese31diese.tumblr.com/

Juillet 2012





Commissariat: VOST Collectif

Artistes éxposants:
Esteban Gonzalez, Lilie Pinot, Falk Messerschmidt, Matthieu Rosier, Olivier Sarrazin, Lorraine Drescher

Intitulée #31#, cette exposition concentre le regard de 7 artistes qui répondent chacun à leur manière au thème de l’anonymat. Parce que la question de « l’anonyme » convoque des sphères aussi variées que le social, le politique, l’économique, la littérature. Parce que l’anonymat renvoie à l’interdit, au caché, à ce qui ne peut être dit ou vu ouvertement.

Parce que à l’heure actuelle, dans une société toujours plus obsédée par l’identification des biens et des personnes et la quête illusoire de la célébrité, des milliards d’anonymes vivent et espèrent peut-être différemment... Des anonymes, qui individuellement ou collectivement font, fondent notre quotidien. Qui sont-ils ? l’inconnu, l’étranger, et paradoxalement le familier : les passants dans la rue, la personne qui encaisse vos achats, ces gens qui conduisent dans les voitures, ces manifestants qui revendiquent, toutes ces figures familières et universelles que vous avez croisées au moins une fois l’espace d’un instant. L’anonyme c’est nous, c’est certainement vous. Que ce soit par le biais de la photographie, de la vidéo, du livre d’artiste, etc... les différentes propositions artistiques qui en découlent se mêlent, se répondent ou se contredisent offrant au spectateur une vision hétéroclite et non exhaustive de la question de l’anonyme aujourd’hui.





MÊME

Les Rencontres de la photographie - Arles

Juillet 2013

http://vostmeme.tumblr.com/

Commissariat: VOST

Artistes éxposants:
Esteban Gonzalez, Lilie Pinot, Christopher Lehman, Melchior Tersen, Myrtille Visscher, Anna Kabissova



Le mème est un néologisme formulé par le biologiste Richard Dawkins en 1976 dans Le Gène Egoïste désigne un élément d’une culture ou un ensemble de comportements reconnaissaibles. Un phénomène ou une attitude répliquée et ransmise d’un individu à l’autre par imitation ou par un quelconque autre moyen non génétique. Selon ce concept, les cultures évoluent comme les êtres vivants, par variation et sélections naturelles. Une des occurrences contemporaines de ce terme est liée à l’usage de l’image au sein des communautés d’internautes.
Pour cette exposition le collectif VOST invite six artistes à faire une proposition inédite à partir de travaux existants ou produits pour l’occasion et à offrir leur lecture d’une communauté. «Mème» aborde les jeux d’appropriation cryptiques propre à la culture internet (Esteban Gonzalez), les rapports de la synchronie entre un élément et un ensemble (Lilie Pinot), les gestuelles corporelles  dans la fêt, la question intime du genre et de la filiation (Christopher Lehman), les codes de représentation et d’appartenance chez les fan (Melchior Tersen), une utopie néo-rurale en France et aux Pays-Bas (Myrtille Visscher), le sentiment patriotique en Ossétie (Anna Kabissova)






NON-SENSICAL

Marseille, Espace 44
2014

Commissariat: Guillaume Chamahian invite le collectif VOST

Artistes exposants:
Esteban Gonzalez, Lilie Pinot, Matthieu Rosier, Jessica Hervo, Olivier Sarrazin


L’absurde est un décalage entre l’attente de l’homme et l’expérience qu’il fait du monde, dans quelque domaine de l’activité humaine qu’il s’exprime. Il résulte donc de la contradiction d’un système par le fait.










PARAPHOTOGRAPHIE


Arles
Galerie -Dresden
F-STOP festival - Leipzig Août 2014



Commissariat: Lilie Pinot et Florent Pieplu

Artistes exposants:
Andreas Ullrich, Lucie Freynhagen, Kiron Guidi, Stephan Kopiczinski, Matthieu Rosier, Esteban Gonzalez, Jeannie Abert, Grzegorz Loznikow, Olivier Sarrazin

PARAPHOTOGRAPHIE est un terme inventé par l’artiste conceptuel américain Robert Heineken au début des années 70. Loin des images “spirit”, la para-photographie définit une pratique post-moderne de dépassement et de déconstruction de l’image photographique par des stratégies de réappropriation et d’hybridation.


Les artistes invités rejouent et réactualisent ce processus de débordement.

PARAPHOTOGRAPHIE est une exposition née d’une rencontre entre VOST et FUGITIF. Cette exposition itinérante comporte trois volets. Elle s’est premièrement déroulée à Leipzig, en Allemagne, du 7 au 15 juin 2014 lors du festival F / STOP, puis à Dresden du 19 au 26 juin 2014 et enfin à Arles du 7 au 14 juillet  pendant les Rencontres Internationales de la Photographie.




ABBÉ PIERRE PHOTOGRAPHE

2015-2016

La fondation l’Abbé Pierre commande à VOST de réaliser un commissariat et une scénographie avec le fond photographique de l’Abbé Pierre photographe Cette année, La Fondation Abbé

Comissaires: Lilie Pinot et Jessica Hervo


Révolté, engagé, il incarne « l’insurrection de la bonté ». Mais de son image, nous avons oublié l’appareil photo en bandoulière avec lequel il parcourt le monde. Il utilise la photographie pour véhiculer son message en publiant notamment dans sa revue « Faim & Soif ». Ici, nous ne verrons pas l’homme combattant, mais son regard incisif qui s’attache à l’être humain.


Journée mondiale contre la misère
Villa Méditérannée, Marseille

2016



La fondation l’Abbé Pierre commande à VOST de réaliser un commissariat et une scénographie avec le fond photographique de l’Abbé Pierre photographe

Artiste exposant: Gilbert Scotti, L’ Abbé Pierre et exposition «1954-2014, L’histoire d’un combat vu par les grands photographes».

Comissaires: Lilie Pinot


« Le regard bon, la coupe franciscaine, la barbe missionnaire, tout cela complété par la canadienne du prêtre-ouvrier et la canne du pèlerin. Ainsi sont réunis les chiffres de la légende et ceux de la modernité.» En 1970, l’abbé Pierre est une icône, comme le décriras Roland Barthes dans Mythologies. Cette description correspond bien à l’image commune que nous nous faisons de l’abbé Pierre, l’homme bon, engagé qui se bat aux côtés des plus démunis et qui appelle à faire de même.


Après la Seconde Guerre mondiale, la France est détruite par les bombes, nombreux sont à la rue et la confiance, brisée par ces années de guerre, peine à revenir. En 1949, l’abbé Pierre crée Emmaüs avec Georges (le premier compagnon), un mouvement laïque qui lutte contre l’exclusion. Au cœur de l’hiver 1954, l’abbé Pierre passe un message sur radio Luxembourg « Mes amis, au secours ! Une femme vient de mourir gelée, cette nuit à trois heures, sur le trottoir du boulevard Sébastopol, serrant sur elle le papier par lequel, avant-hier, on l’avait expulsée... ». Cet appel de solidarité touche la société française le soir-même, les journaux titrerons « l’insurrection de la bonté ».

Cet homme fragile physiquement s’engage à corps perdu dans cette lutte contre l’exclusion ; certains diront que l’esprit est en lui.



Sa vision du monde, il souhaite la faire passer par tous les moyens qui sont à sa portée et à celle de son époque pour toucher, dans les cœurs et les esprits, le plus de monde possible.

Au sein de cette période émerge le mouvement des photographes humanistes. Il faut redonner du bonheur de vivre mais aussi témoigner des difficultés de la reconstruction. Ils replacent l’homme au centre du sujet et partagent une vision commune de la nature humaine imprégnée d’unanimisme et d’universalisme. Parmi eux Robert Doisneau, Jean Dieuzaide, Brassaï, Edouard Boubat, Willy Ronis, Izis, Sabine Weiss, Capa, et Yvette Troispoux, qui revendiquent une photographie fonctionnelle faite avec le cœur







CHRO-NIQUES
PRO-VISOIRES
ARLES

2015


Commissariat: Lilie Pinot et Jessica Hervo

Artistes exposants:
Morgan Fasche, Anne-Sophie Trischter, Matthieu Rosier, Olivier Sarrazin, Léa Hamoignon, Louis Matton en collaboration avec Alfredo Coloma, FrançoisB.Bellabas et Jonathan Llense,  Laurent Santi, Valerian Mazataud et Marine Simon.
Au Canada, à la Réunion, à Bruxelles ou à Arles, ces jeunes photographes sont allés à la rencontre de ceux que l’on appelle les «précaires», collectant des mots, des bouts de papier, des images, des objets ou des sons. Ils marchent aux côtés des habitants des rues, de « Guerrier » l’océanien, des oubliés canadiens ou d’une adolescente. Toujours dans un rapport à l’autre, ils nous proposent une vision poétique et documentaire de ces échanges sensibles.
vostcontact@gmail.com